Le papier est attesté

au IIIe siècle av. J.-C. en Chine, sous la dynastie Qin. C’est Tsai Lun, ministre de l’agriculture qui, en 105, aurait codifié pour la première fois l’art de fabriquer du papier. Principales fibres utilisées : lin, chanvre, bambou et mûrier.

En France, il existe encore quelques ateliers de papier artisanal qui réalisent de belles feuilles à la forme.

Comme la majorité du patrimoine papier occidental jusqu’au 18ème, le Moulin de Kereon, utilise exclusivement le lin et le chanvre.


Nous profitons de cet espace pour remercier ces maîtres papetiers de nous avoir transmis l’inspiration de ce métier de sensibilité et d’émotions raffinées.

Lin et chanvre fibres du patrimoine breton

En Bretagne, le secteur de Morlaix fut une des zones économiques importantes pour le lin et l’édition. Cela explique la grande concentration d’ateliers papier (29 sites recensés) qui utiliseront (jusqu’au XVIIIè siècle) les fibres de lin et de chanvre comme principale matière première.

Le Moulin de Kereon, dernier atelier papier en Finistère, s’inscrit dans 400 ans de tradition papetière sur le bassin versant du Pays de Morlaix. Il a choisi les belles fibres de lin et de chanvre pour créer des papiers adaptés aux contraintes mécaniques et de durabilité (résistance aux UV) des papeteries de prestige.

Fleur de lin

Fleur de lin

Feuilles de chanvre

Feuilles de chanvre